Chroniques chaotiques de New Berlin, Fragment #15.0

Rédigé par Mooshka - -

Date de rédaction : Inconnu
Taille du texte brut : 3 598 octets

#2.
Il n'y avait plus de règle désormais. Tout était foutraque, cassé, brisé, fissuré, détruit. Chacun devrait faire de son mieux avec les moyens du bord. Désormais, il fallait s'organiser, s'autogérer, s'entraider, faire. Essayer.

Moka n'avait rien demandé. Elle n'avait pas voulu savoir tout ça. Elle voulait revenir en arrière. Oublier. Tout effacer. Recommencer.
La seule chose qu'elle souhaitait, c'était cesser de vivre.

Elle avait tout essayé. Vraiment tout.

Dans sa définition classique, l’autogestion (du grec autos, « soi-même », et « gestion ») est le fait, pour un groupe d’individus ou une structure considérée, de prendre les décisions concernant ce groupe ou cette structure par l’ensemble des personnes membres du groupe ou de la structure considérée.

Un grand boum, d'abord. Puis un autre. Puis encore un autre. Suivi d'un autre. Et un autre. Tout ça n'avait duré qu'une fraction de secondes.

Puis un sifflement sourd. Des décombres. De la fumée.

Il existe cependant une autre définition, plus politique ; y sont intégrés d'autres paramètres avec une certaine variabilité. Ses postulats sont : • La suppression de toute distinction entre dirigeants et dirigés,
• La transparence et la légitimité des décisions,
• La non-appropriation par certains des richesses produites par la collectivité,
• L'affirmation de l'aptitude des humains à s'organiser sans dirigeant.

Cette conception se construit en général explicitement contre des pratiques qualifiées de hiérarchiques, autoritaires, verticales, contre des formes de dépossession que constitueraient certains modes d'organisation. En d'autres termes, ce type d'autogestion permettrait une réappropriation d'une forme d'organisation collective.
Par ailleurs, cette définition permet des pratiques d'autogestion qui ne se limitent pas au seul champ économique.

Une critique essentielle de l'autogestion porte sur son inefficacité relative en comparaison avec une économie capitaliste. Ainsi, les travaux de James Meade ont montré que l'entreprise autogérée a un comportement beaucoup plus malthusien que l'entreprise capitaliste : il montre par exemple que dans un contexte de hausse des prix, l'entreprise capitaliste augmentera sa force de travail toujours plus que l'entreprise autogérée. L'entreprise autogérée préfèrera avoir recours au capital plutôt qu'au travail, pour ne pas diminuer les revenus de ses membres.

Par conséquent, l'économiste libéral Henri Lepage écrit en 1976 (pour l'institut de l'entreprise), que l'autogestion « n'est pas capable d'assurer spontanément la meilleure utilisation possible des ressources rares de la communauté », à la différence de l'économie de marché.

Concepts liés :
Anarchisme ◦ Auto-organisation ◦ Autorégulation ◦ Charte d'Amiens ◦ Comités communistes pour l'autogestion ◦ Communisme de conseils ◦ Communisme libertaire ◦ Concertation ◦ Démocratie directe ◦ Économie participative ◦ Économie libre ◦ Gouvernance ◦ Marxisme autogestionnaire ◦ Participation ◦ Société coopérative et participative (SCOP) ◦ Squat ◦ Titisme ◦ Zone à défendre (ZAD) ◦ Zone autonome permanente


#1.
PNY avait été absent des réseaux pendant plusieurs jours, manquant son rapport mensuel.
Plusieurs fois, Kafka avait tenté d'entrer en contact avec lui.
PNY avait disparu du réseau, purement et simplement.

The meaning of growing up

Rédigé par Mooshka - -

Date de rédaction : Inconnu
Taille du texte brut : 5 309 octets

This post is in English not because I want to look like a cool kid (I'll write about that someday) but because I want to keep experimenting stuff. Plus I just read a whole lotta cute indie magazine named Frankie or Caboodle, and it made me want to write English. Also, I have to practise English for job-related reasons. I am aware that my English is not perfect but hey, that's just a test.

I have been thinking about growing up a lot lately. In fact, I've always been thinking about that. And I've always been wondering if I consider myself a grown-up, or if I want to be a grown-up at all. It's hard for me to say I'm a woman because I've always felt like I was just a girl. A kid.

Petite, you walk like a snail and you eat like a bird. Petite, I can not believe we're the same age. The first time I saw you, I thought you were 19 or 20.

That's what my colleague tells me from time to time. He's not calling me Petite because I'm small, but also because I look like a kid. And because I act like a kid. And he's not the first. People often can't tell my age because I've always looked like this. Some people think I'm cute because I like Hello Kitty and I put bows in my hair.

Some people like to remind me I'm naive and innocent (and I'll also write about that and why being naive and innocent is not a bad thing at all). Other people like to remind me I have less life experience, less work experience or just less experience. Fine by me, I never pretended to be an expert at anything.

Anyways. Yes I look like a kid. Yes I like Hello Kitty. Yes I put bows in my hair. Yes I like unicorns. And donuts. And anything pink actually. I often finish sentences with u2665 on Linux or alt 3 on Windows (♥). I shop at H&M's child section because it's cheaper and because I love wearing clothes designed for kids. I don't drink red wine and I always order beer with grenadine syrup when I socialize outside of my house (which does not happen very frequently).

I hate partying. I hate going outside, making new friends because I'm shy and I don't know the art of small talk. I don't go to rave neither. I like going up to bed early, sleep a lot and I feel depressed when I get up late. I drink coffee though. A lot of coffee. And I smoke a lot too. I read books, sometimes complicated books. And maybe that's the only grown-up stuffs I do. Well... I do have a job. I think it's wall people call a real job. I have an income every month, and I also pay my rent every month. Does this mean I'm a grown-up?

When I was a child, I hated being around kids my age (that's because they were mean to me). When I was a teenager, I hated people my age too (that's because they terrified me). I never felt close to the students that were in my class when I was at university. I always wanted to be with the elders and the grown-ups. They felt more secure, more reliable and more interesting. But I'm supposed to be a grown-up now. I'm 25. Or maybe I'll be an authentic grown-up when I'll turn 30?

Anyways. Now I get to hang out with grown-ups, I can see clearly I don't belong. But it's okay. I don't want to belong anywhere. I can be a lot of labels, and I'm very okay, even quite happy, to always be the weirdo. I like being the kiddo. I'm the one that does not belong and it's fine. Because I'm too serious when I'm not supposed to be, and because I'm not serious enough when I have to be. Maybe I don't want to be a grown-up. I don't care having a "real job".

No zine is a bad zine unless it's really offensive ;p I thought yours was very creative, funny, and sweet. It was deep and yet silly at the same time, which I like!

This is an excerpt from an email I received when I put Mooshka's Paper Experiment on Etsy and talked briefly with a really sweet zinester. Deep and yet silly at the same time. I thought about that, a lot. Because it never occured to me before someone highlighted it. Yes, I can be deep and silly at the same time. But it does not really answer my question: Am I a grown-up? And what is the meaning of growing up? And why do I care so much?

Do I even care at all? Actually, now I'm really wondering if I care at all, I think the answer is no. I don't care not knowing. Because it won't make a difference. I'll still be the Petite weirdo with bow in her hair that orders beer with grenadine syrup. I don't want to be a grown-up nor I want to be a kid.

I know growing up is not having a real job or paying a rent. Growing up is not drinking red wine or going to parties with your fellow students.

I don't need to know what is the meaning of growing up. I don't need to know if I am a grown-up. The only thing I need is to be consistent with myself. And tell the world: hello world, this is who I am. Would you like me to send you a nice unicorn illustration? ♡

Violette's Logbook - Les organiques disparaissent et Violette disparait dans la machine

Rédigé par Mooshka - -

Date de rédaction : 14 janvier 2016
Taille du texte brut : 1 896 octets

 

- So, how was your hacking class yesterday?
- It was not a hacking class.

Cet être organique là, Violette l'apprécie beaucoup. En fait, c'est le tout premier souvenir qu'elle a eu lorsqu'elle a rencontré tous les futurs ouvriers qui formeront avec elle une masse de larmes et de sueur, mais pas vraiment de sang.
Cet être organique là partira bientôt, emportant avec lui le confort de ne pas savoir ce qui l'attendait.
Avant lui, Huit. Et de nombreux autres organiques dont elle ne connait que le nom. Après lui, de nombreux autres organiques dont elle connaitra le prénom, le visage, et peut-être même un bout d'histoire.

Avant de rejoindre l'usine à larmes, les autres organiques étaient le principal sujet d'inquiétude de Violette.
À quoi ressembleront-ils ? Seront-ils gentils ? Ordinaires ?
Finalement, c'est peut-être la partie la plus plaisante du travail à l'usine à larmes. Les autres êtres organiques qui composent sa journée, qui interagissent avec elle, rient souvent avec elle, se confient parfois lorsqu'il faut marcher jusqu'aux cages en métal.

- À quoi tu penses ?
- Probablement la même chose que toi.

Rires
- Okay, peut-être pas.

Pourtant, le décalage semble grandissant envers les autres organiques. Ce n'est pas tellement les organiques de l'usine à larmes qui lui font cet effet, mais les organiques tout court.
Violette pense beaucoup à la machine. La machine, les machines, occupent ses pensées une grande partie de la journée.
Les machines sont rassurantes. Elles ne sont pas comme les êtres organiques, pleine de nuances, de subtitlités, de sous-entendus.
Violette ne comprend pas bien les sous-entendus.

Violette ne sait pas comment se comporter lorsqu'il y a un tas d'être organiques autour d'elle. D'autant plus lorsque ce sont les êtres organiques hiérarchiques qui interagissent avec elle.

Regarder Huit disparaitre de la machine

Rédigé par Mooshka - -
Date de rédaction : 14 janvier 2016
Taille du texte brut : 1 847 octets
 

Violette était arrivée légèrement en retard à cause de la grande cage en métal. La lumière était déjà allumée. Et elle se demandait à quoi allait ressembler Huit. Elle n'avait eu qu'un bref descriptif quelques jours auparavant.
Grand. Elle se souvient qu'on avait décrit Huit comme grand.

Huit était grand. Elle trouvait son allure maladroite, tassée. Quelque chose l'intriguait dans sa démarche.

En poussant la porte, elle a aperçu Huit, assis pile en face de son propre bureau, bien droit, penché devant son écran.

Le meatspace.

À l'instant où ses yeux rencontrèrent ceux de Huit, voici ce qui lui traversa brièvement l'esprit : Si ça se trouve, je ne vais pas aimer l'avoir en face de moi et je ne vais pas apprécier cette personne organique. L'espace d'un instant, elle s'est demandée comment se dérouleraient les prochains jours, et qui était Huit au fond. Huit n'était qu'un organique dans la machine.
Maintenant Huit était un organique hors de la machine.

Tout serait différent désormais. Huit n'était plus un simple pixel mais un être humain.

Huit et Violette se sont rencontrés physiquement dans le meatspace, et c'est dans le cyber espace qu'ils se diront au revoir. Huit ne sera plus dans la machine.

Elle savait. Un jour, alors que les discussions déviaient de plus en plus de l'occupation mercantile des tuyaux, Huit lui avait fait part de sa décision de ne plus être dans la machine. Violette lui avait fait part sa tristesse, puis avait tenté de se consoler en se disant que ce départ ne serait pas immédiat.

Maintenant Huit s'en va vraiment. Huit ne sera plus dans la machine. Et Violette n'aura plus d'interlocuteur technicien. Violette n'aura plus son interlocuteur technicien.

Violette entend le rire de Huit résonner quelque part entre le meatspace et son propre intérieur.


I was in the toilet when I texted you

Rédigé par Mooshka - -

La machine ouverte, un éditeur de texte sous mon nez et des débuts de publication que je copie-colle. D'autres que j'entame. Sans jamais pouvoir les terminer.
Je ne sais même plus trop qui écrit cet article, puisque je ne sais plus bien quelle est mon identité principale.
En réalité, il n'y a pas d'identité principale. Pas plus qu'il n'y d'identités multiples. Il n'y a qu'une seule et même personne, et je ne sais pas pourquoi est-ce que j'insiste autant pour compliquer les choses.

Le midi, un donut énorme posé devant moi.
« Comment est-ce que tu as su...? »
Je n'ai même pas posé la question à voix haute parce que la réponse impliquait trop de complications. La réponse est devenue trop compliquée à l'instant où je me suis posée la question. Savait-il ?

« Les gens comme toi me font peur. »
Variante de : « People like you scare me » qui serait plus proche de la réalité.
Une autre chose que je n'ai jamais dit.

Jusqu'à présent, il n'y avait qu'un seul être organique qui devinait tout sans que je ne prononce le moindre mot ni fasse le moindre geste.
Maintenant, il y en a un deuxième et il m'est difficile d'envisager une interaction simple maintenant que je ne peux plus vraiment me cacher.

Le soir, un semblant de vestige du passé.
Un endroit auquel je n'appartiens plus vraiment. Mais ais-je vraiment appartenu à cet endroit ?

Lorsque les êtres organiques de l'usine à larmes découvrent mes activités extra-ouvrières, il y a comme un malaise.
Mais ce n'est pas vraiment Violette qui écrit cet article, pas plus que ce n'est Mooshka ou Petite, variante de Petite Marie.

Maintenant que l'usine à larmes a avalé la plus grande partie de mon temps, je dois me réajuster.
Et c'est bien plus difficile qu'il n'y parait. C'est bien plus difficile que ce que j'imaginais, parce que ça me demande de m'adapter à un nouvel environnement de manière assidue.

Finalement, je ne sais plus bien ce que je suis venue écrire ici. La dernière fois que je suis venue écrire ici pour remplir, j'ai fini par faire disparaitre les mots le lendemain. Peut-être que je devrais envisager une nouvelle catégorie intermédiaire. Déchets de mots. Ou quelque chose dans le genre.
Des ébauches de publications qui ne verront jamais le jour.


Huit a disparu de la machine et je ne l'ai pas publié.
Huit a disparu des tuyaux et je ne l'ai pas publié

PNY et Kafka avaient des choses à faire et je n'ai même pas pris la peine de lancer l'interface de publication.


Oui, peut-être que faire un cimetière semble être une bonne idée.