Violette's Logbook - Les organiques disparaissent et Violette disparait dans la machine

Rédigé par Mooshka - -

Date de rédaction : 14 janvier 2016
Taille du texte brut : 1 896 octets

 

- So, how was your hacking class yesterday?
- It was not a hacking class.

Cet être organique là, Violette l'apprécie beaucoup. En fait, c'est le tout premier souvenir qu'elle a eu lorsqu'elle a rencontré tous les futurs ouvriers qui formeront avec elle une masse de larmes et de sueur, mais pas vraiment de sang.
Cet être organique là partira bientôt, emportant avec lui le confort de ne pas savoir ce qui l'attendait.
Avant lui, Huit. Et de nombreux autres organiques dont elle ne connait que le nom. Après lui, de nombreux autres organiques dont elle connaitra le prénom, le visage, et peut-être même un bout d'histoire.

Avant de rejoindre l'usine à larmes, les autres organiques étaient le principal sujet d'inquiétude de Violette.
À quoi ressembleront-ils ? Seront-ils gentils ? Ordinaires ?
Finalement, c'est peut-être la partie la plus plaisante du travail à l'usine à larmes. Les autres êtres organiques qui composent sa journée, qui interagissent avec elle, rient souvent avec elle, se confient parfois lorsqu'il faut marcher jusqu'aux cages en métal.

- À quoi tu penses ?
- Probablement la même chose que toi.

Rires
- Okay, peut-être pas.

Pourtant, le décalage semble grandissant envers les autres organiques. Ce n'est pas tellement les organiques de l'usine à larmes qui lui font cet effet, mais les organiques tout court.
Violette pense beaucoup à la machine. La machine, les machines, occupent ses pensées une grande partie de la journée.
Les machines sont rassurantes. Elles ne sont pas comme les êtres organiques, pleine de nuances, de subtitlités, de sous-entendus.
Violette ne comprend pas bien les sous-entendus.

Violette ne sait pas comment se comporter lorsqu'il y a un tas d'être organiques autour d'elle. D'autant plus lorsque ce sont les êtres organiques hiérarchiques qui interagissent avec elle.

Classé dans : Non classé - Mots clés : aucun

Les commentaires sont fermés.